Rapport Général de la 57ème session de la CONFEMEN

Libreville, Gabon Les 28 et 29 avril 2016

                                              SOMMAIRE

  1. Cérémonie d’ouverture
  2. Constitution du Bureau et adoption du calendrier des travaux
  3. Présentation du rapport du Bureau
  4. Bilan des activités de la CONFEMEN :
  5. Perspectives de la CONFEMEN  et du PASEC pour 2017-2018
  6. Résultats des évaluations groupées du PASEC
  7. Plan stratégique du PASEC
  8. État de la préparation des évaluations groupées du PASEC et perspectives
  9. Présentation des réflexions autour du thème « Vers la réussite pour tous : résoudre la crise de l’apprentissage dans les pays francophones en luttant efficacement contre l’échec et le décrochage scolaires »
  10. Huis clos des ministres et des chefs de délégation
  •          Examen des messages clés et recommandations de la Conférence
  • -        Choix du thème pour la 58e session ministérielle
  • -  Accueil des prochaines réunions (Bureau de l’intersession et 58e session ministérielle)
  • -        Constitution du Bureau de l’intersession.
  • -        Adoption de la Charte de la gouvernance des systèmes éducatifs de la CONFEMEN
  • -        Adoption des recommandations de l’IFEF

      K. Interventions des partenaires

      L. Lecture et adoption du relevé de décisions et du rapport de la 57e session ministérielle

     M. Cérémonie de clôture

Introduction

La 57e session ministérielle de la CONFEMEN a eu lieu les 28 et 29 avril 2016, au Nomad Résidence Hotel, à Libreville (Gabon).

Les États et gouvernements représentés par des ministres, vice-ministres ou Secrétaires d’État à la 57e session ministérielle sont : le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun,  le Canada/Nouveau-Brunswick, le Canada/Québec, la Côte d’Ivoire, le Gabon, le Mali, la République démocratique populaire Lao, le Sénégal, soit 11 ministres.

Les représentants des pays, désignés comme chefs de délégation des États et gouvernements suivants : le Cambodge, le Canada,  la Fédération Wallonie-Bruxelles, la France, le Liban, le Luxembourg, le Maroc, Madagascar, Maurice, la Mauritanie, la République démocratique du Congo,  la Roumanie,  les Seychelles, le Togo, étaient également présents, soit 14 chefs de délégation.

Soit au total des délégations de 25 Etats ou Gouvernements membres qui ont pris part à cette 57ème session ministérielle de la CONFEMEN.

 Les pays absents sont : la Bulgarie, le Cap-Vert, le Congo, Djibouti, l’Égypte, la Guinée, la Guinée Bissau, Haïti, la Macédoine, le Niger, la République centrafricaine, le Rwanda, Sao Tomé et Principe la Suisse, le Tchad, la Tunisie, l’Union des Comores et Vanuatu, le Vietnam soit 18 pays absents.

Des partenaires de la CONFEMEN étaient également représentés. Il s’agit de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), la Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie (CONFEJES), l’Agence française de développement (AFD), l’UNESCO, le Centre international d’études pédagogique (CIEP), l’Association pour le développement de l’Éducation en Afrique (ADEA), Fédération africaine des parents d’élèves (FAPE), Comité syndicale francophone de l’éducation et de la formation (CSFEF) et l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF).

Les membres du Secrétariat technique permanent (STP), les commissaires aux comptes, les membres du Comité scientifique du PASEC étaient également présents.

                                  A.Cérémonie d’ouverture

Le 27 avril 2016 s’est tenue la cérémonie d’ouverture de la 57e session ministérielle au Palais des Congrès de l’Hôtel NOMAD.

Elle a été marquée par cinq interventions.

Monsieur Florentin MOUSSAVOU, ministre de l’Éducation nationale et de l’Enseignement technique du Gabon, a souhaité la bienvenue aux ministres et autres représentants des États et gouvernements membres de la CONFEMEN. Après avoir rappelé l’historique de la CONFEMEN et l’importance de sa mission, il a fait état de la situation de l’éducation au Gabon et rappelé les réalisations des dernières années pour relever les défis auxquels son pays fait face. Il a partagé les résultats de certaines initiatives mises en place dans son pays et réitéré l’engagement de son gouvernement en matière d’éducation.

Monsieur Jacques Boureima KI, secrétaire général de la CONFEMEN, a remercié les autorités du Gabon pour leur accueil chaleureux. Il a salué le travail accompli par la présidence sortante lors de son mandat, de même que le travail réalisé en toute objectivité par les CN pour préparer cette session ministérielle. Il a enfin mentionné que cette dernière serait l’occasion de faire le bilan et de discuter des perspectives du Programme d’analyse des systèmes éducatifs (PASEC) grâce aux efforts des États et gouvernements membres.

Madame Kandia Kamissoko CAMARA, présidente en exercice de la CONFEMEN, ministre de l’Éducation nationale de la Côte d’Ivoire, a remercié le ministre du Gabon pour l’accueil, ainsi que les États et gouvernements membres pour leur présence. Elle a dressé un bilan de sa présidence à la tête de la CONFEMEN et de la contribution de cette dernière. Elle a rappelé la pertinence de la CONFEMEN et lancé un appel à la mise en œuvre des recommandations de la dernière évaluation du PASEC. Enfin, elle a appelé au recouvrement des arriérés des cotisations des États et gouvernements membres et à la multiplication des partenariats.

Monsieur Adama OUANE, administrateur de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a dressé un portrait des défis auxquels fait face l’espace francophone en matière d’éducation et a souligné l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir. Il a appelé à une refondation de l’école adaptée aux nouveaux défis et s’est félicité des liens et de la collaboration entre l’OIF et la CONFEMEN. Enfin, il a rappelé les raisons de la création de l’IFEF, dont il souhaite l’opérationnalisation le plus rapidement possible, et a dit espérer que la CONFEMEN y trouve toute sa place.

La ministre de l’Éducation nationale de la Côte d’Ivoire a passé le maillet à la nouvelle présidence qui sera assurée par le ministre de l’Éducation nationale et de l’Enseignement technique du Gabon.

Le premier ministre du Gabon, monsieur Daniel ONA ONDO, a remercié les délégations des États et gouvernements membres de la CONFEMEN pour leur présence et leur engagement pour la réussite de cette 57ème session ministérielle. Il a souligné toute la pertinence du thème retenu pour cette rencontre. Il a exprimé la volonté du gouvernement gabonais de relever les défis pour améliorer son système éducatif et permettre à tous les enfants de recevoir une éducation de qualité afin de favoriser le développement de leur plein potentiel. Il a déclaré ouverte la 57e session ministérielle de la CONFEMEN.

          B.     Constitution du Bureau et adoption du calendrier des travaux

Les travaux ont repris le lendemain 28 avril 2016 à l’hôtel NOMAD en plénière. Après le mot de bienvenue du ministre de l’Éducation nationale et de l’Enseignement technique du Gabon, le bureau de la réunion de la 57e session ministérielle a été constitué conformément aux dispositions statutaires de la CONFEMEN    (art.20) :                                                                        

  • Présidente : Monsieur Florentin MOUSSAVOU, ministre de l’Éducation nationale et de l’Enseignement technique du Gabon ;
  • Vice-président : Madame Kandia Kamissoko CAMARA, ministre de l’Éducation nationale de la Côte d’Ivoire ;
  • Rapporteur : Monsieur David BIRNBAUM, adjoint parlementaire et représentant du ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec.

Le calendrier de travail et l’agenda commenté sont adoptés.

                       C.    Présentation du rapport du Bureau

Le rapporteur de la réunion du Bureau, Monsieur David BIRNBAUM, adjoint parlementaire et représentant du ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec, a présenté les points saillants du rapport de la réunion qui s’est déroulée le 27 avril 2016. Le secrétaire général invite les délégations qui auraient des précisions à apporter au rapport du Bureau à les faire parvenir au STP.

Ledit rapport est adopté par la Conférence ministérielle et est annexé au rapport de la 57e session ministérielle.

                D.    Bilan des activités de la CONFEMEN

  • Bilan général 2014-2015 et une partie de 2016

Le secrétaire général de la CONFEMEN a présenté le bilan des activités de la CONFEMEN. Parmi les activités majeures en 2015 et 2016, on note la réunion du Bureau de l’intersession qui s’est déroulée à Dakar en décembre 2015 (Sénégal), le Séminaire des CN tenu en février 2016 à Maurice, la participation de la CONFEMEN aux grandes rencontres internationales en éducation, particulièrement au Forum mondial sur l’Éducation pour l’après 2015 à Incheon (Corée du Sud), l’élaboration du Document de réflexion et d’orientation (DRO) de la 57e session ministérielle, l’élaboration de la Charte de la gouvernance ainsi que le renforcement du partenariat, particulièrement avec les instituts de l’UNESCO. L’année 2015 a également été marquée par le début du processus de mise en place de l’Observatoire pour la qualité de l’éducation, l’élaboration d’un projet de Charte de la gouvernance des systèmes éducatifs et le lancement du premier rapport des évaluations groupées du PASEC ainsi que l’adoption du nouveau logo de la CONFEMEN.

Les discussions ont permis de relever que le rapport d’activité présente avant tout une recension des activités réalisées et qu’il serait souhaitable qu’il se concentre plutôt sur les résultats à atteindre. On suggère que la CONFEMEN se dote d’un plan stratégique avec des objectifs clairs, et qu’il soit arrimé à l’Agenda 2030. Le secrétaire général de la CONFEMEN s’engage à préparer un tel plan qu’il soumettra aux ministres.

Par ailleurs, le représentant de la France procède à la lecture du mot de la ministre française de l’Éducation nationale, qui ne peut être présente. Il indique toute l’importance qu’elle accorde à la CONFEMEN et salue sa contribution à l’éducation au sein de l’espace francophone. Il appelle à la complémentarité entre la CONFEMEN et l’IFEF, et se félicite du choix du thème de la 57e session ministérielle.

Le chef de délégation de la Roumanie a transmis le message du ministre de l’Éducation nationale et de la recherche scientifique qui n’a pu être présent à cette rencontre. Il a souligné toute l’importance qu’il accorde à la CONFEMEN et le désir de son pays  de participer aux échanges et de collaborer à  la lutte contre le décrochage et l’échec scolaires.

La Conférence ministérielle a félicité le Secrétaire général et son équipe pour le travail accompli et a adopté le bilan pour la période 2014-2015.

             E.    Perspectives de la CONFEMEN  et du PASEC pour 2017-2018

Le Plan d’action 2017-2018 de la CONFEMEN, présenté par le secrétaire général, s’inscrit dans la continuité du programme approuvé pour 2015-2016. Il est construit autour de quatre axes stratégiques :

1.      appui aux politiques éducatives des pays membres de la CONFEMEN, concertation et promotion des intérêts communs;

2.      appui au pilotage de la qualité et à la bonne gouvernance des systèmes éducatifs des pays membres de la CONFEMEN;

3.      information et communication pour une plus grande visibilité des actions de la CONFEMEN;

4.      fonctionnement du Secrétariat technique permanent (STP), des instances de la CONFEMEN et mobilisation de ressources financières.

Il indique que le budget total se chiffre à 1 579 741 000 francs CFA  (2 408 300 euros) et présente la ventilation budgétaire selon chacun des 4 axes. Il précise que cela n’inclut pas le budget du PASEC.

Parmi les activités majeures prévues, il est noté la mise en œuvre du projet pilote de l’Observatoire de la CONFEMEN sur la qualité de l’éducation, la tenue d’une réunion-débat sur le thème de la 58e session ministérielle, la participation aux réunions de l’UNESCO en rapport avec le suivi du Cadre d’action Éducation 2030 et le renforcement du partenariat. Le Secrétaire général spécifie que les actions seront priorisées et que le budget du PASEC sera intégré.

Lors des échanges, le souhait est réitéré que la CONFEMEN se dote d’un plan stratégique permettant de contribuer à l’atteinte par ses membres des objectifs de l’Agenda pour l’éducation 2030. Il est  demandé que la CONFEMEN adopte une résolution à cet effet.

Dans ses réponses, le Secrétaire général a accueilli favorablement la demande et a assuré qu’un plan stratégique sera élaboré et présenté au prochain Bureau.

La Conférence ministérielle a adopté le Plan d’action 2017-2018 de la CONFEMEN sous réserve de la prise en considération des amendements mentionnés

F.     Résultats de l’évaluation PASEC 2014

Le coordonnateur du PASEC a présenté succinctement les résultats de l’évaluation PASEC2014, notamment les pistes de réflexion et d’orientation et a fait part des prochaines étapes, notamment la préparation de la prochaine évaluation. Parmi les constats, il relève que dans la quasi-totalité des systèmes éducatifs testés, la plupart des élèves présente des lacunes majeures avec pour certains pays un pronostic inquiétant.  Les pays sont regroupés en 4 catégories, selon le pourcentage d’élèves atteignant les seuils en langue ou en mathématique. L’évaluation a par ailleurs permis d’identifier six (6) facteurs de réussite de l’élève et neuf (9) pistes de réflexion sont proposées pour contribuer à leur amélioration. Enfin, les résultats observés soulèvent des questions sur lesquelles il faudra se pencher. Le coordonnateur termine sa présentation en évoquant les étapes à venir en 2016.

Au nom de tous ses collègues, la présidente a félicité le PASEC pour l’important travail accompli, de même que la qualité et la rigueur du rapport.  Elle a exprimé sa reconnaissance au PASEC  pour son appui incontestable dans le développement des systèmes éducatifs. Elle a félicité tous les pays pour leur participation à cette première évaluation et a encouragé les pays à participer à la prochaine évaluation. 

Le renforcement des équipes nationales en matière d’évaluation et l’importance du développement de la petite enfance et du préscolaire ont été soulignées. Le préscolaire est coûteux mais permet d’avoir les meilleurs résultats. L’articulation entre la langue d’enseignement et la langue d’origine maternelle en début de scolarité est discutée. Un séminaire international sur lecture et écriture sera organisé par l’OIF à Dakar. On souligne l’importance de l’appropriation  des résultats  de l’évaluation à tous les niveaux et l’enjeu quant à la qualification et les pratiques des enseignants. On rappelle l’importance de privilégier l’enseignement public ; la nécessité d’accorder  un budget suffisant au matériel scolaire et au financement accordé au secteur de l’éducation. L’importance de diligenter la production des rapports nationaux de manière à ce qu’ils soient concomitants avec le rapport international est soulignée, tout comme la nécessité de s’approprier et de diffuser les résultats au niveau national et de discuter avec tous les acteurs des moyens d’amélioration des systèmes éducatifs.  L’importance des caractéristiques des écoles performantes est questionnée.

Une invitation est lancée par la vice-présidente de la CONFEMEN concernant le lancement de la phase 2 du programme ÉLAN qui aura lieu à Abidjan les 2 et 3 juin 2016 en collaboration avec l’OIF et le second forum ministériel sur l’intégration des TIC dans l’éducation et la formation les 8 et 9 juin 2016 à Abidjan également, en collaboration avec notamment l’ADEA, l’OIF et d’autres partenaires.

Le coordonnateur a souligné l’importance du préscolaire, notamment pour les populations les plus défavorisées. Il a expliqué l’importance de la langue dans les facteurs de réussite et la nécessité de se pencher sur le sort des redoublants. Il a finalement donné des informations complémentaires sur  la taille des échantillons, les méthodes statistiques utilisées et la construction des seuils.

Le Secrétaire général suggère aux ministres de se doter de stratégies d’exploitation du  rapport au niveau national, notamment la prise en charge par les ministres de la restitution,  l’implication de tous les acteurs dans les débats, l’importance d’impliquer  les circonscriptions et ces établissements,  et la nécessité de produire rapidement les rapports nationaux. Cela permettra également de faire des propositions d’amélioration pour le prochain rapport.

Par ailleurs, il a été discuté du rôle déterminant de la langue d’enseignement dans la réussite scolaire. Au sujet de la méthodologie de l’évaluation réalisée, la question du moyen utilisé pour déterminer les seuils et l’ampleur de l’échantillon retenu a été posée.

G.    Présentation du Plan stratégique du PASEC

Le coordonnateur du PASEC, Monsieur Jacques MALPEL, a rappelé les buts, les objectifs poursuivis et les effets escomptés du plan stratégique 2016-2025 et du projet de plan d’action 2017-2021. Il présente ensuite leurs différents axes :

  • Évaluations internationales
  • Renforcement des capacités nationales et réponse à des demandes spécifiques
  • Production de connaissances : recherche et études
  • Communication
  • Gouvernance et gestion du programme

Il présente enfin un budget type établi en fonction de 15 pays participants, et de même qu’un portrait du financement du programme. Une réunion est prévue à l’été pour discuter de cette question.

Parmi les enjeux identifiés, la mise en place et le soutien des dispositifs nationaux d’évaluation et la mobilisation des ressources financières sont considérées comme essentielles. Le plan stratégique du PASEC propose, notamment, d’élargir et de fidéliser les bailleurs institutionnels permettant au PASEC de couvrir une partie des coûts de structure non recouvrables ainsi que d’assurer une prise en charge accrue et effective par les pays bénéficiaires. Le plan stratégique propose également une augmentation de la contribution des pays bénéficiaires et une offre de services élargie.

L’AFD qui soutient le PASEC depuis le début souligne sa satisfaction du travail accompli jusqu’à maintenant et l’importance de soutenir les pays en matière d’évaluation.

Les projets de plan stratégique et de plan d’action du PASEC sont adoptés par la Conférence ministérielle.

H.    État de la préparation des évaluations groupées du PASEC et perspectives

Le coordonnateur du PASEC a poursuivi en présentant la situation de l’appel à candidatures PASEC2019. Il présente la liste des pays qui ont signifié leur intention de participer jusqu’à maintenant.  L’appel à manifestation d’intérêt doit en principe se terminer à la fin du mois d’avril 2016, mais on demeure flexible. On note toutefois que les travaux devront s’amorcer en décembre 2016.

Il a été convenu que :

  • Une déclaration d’intention est suffisante reçue au plus tard  en novembre ou décembre 2016,  après la sortie des rapports nationaux prévus à la fin  juin 2016 ;
  •  La participation du plus grand nombre de pays pour la soutenabilité même du PASEC, ce qui implique une volonté politique claire des pays à participer ;
  • Le versement de la contribution par les pays au premier trimestre 2017, en tenant compte des  négociations budgétaires nécessaires

I.      Présentation des réflexions autour du thème « Vers la réussite pour tous : résoudre la crise de l’apprentissage dans les pays francophones en luttant efficacement contre l’échec et le décrochage scolaires »

Le secrétaire explique les démarches entreprises depuis  la dernière session ministérielle pour préparer le thème de la 57e session ministérielle et présente les 3 experts. : M. Jean-Marie De Ketele, M. Laurier Fortin et M. Amadou Wade Diagne. Les experts expliquent leurs préoccupations  de s’appuyer le plus possible sur des données basées sur la recherche. Ils ont présenté les grandes lignes du  projet de note de réflexion et d’orientation. Ils ont d’abord présenté un modèle explicatif de décrochage scolaire, puis l’identification des facteurs de risques les plus déterminants expliquant le décrochage et l’échec scolaires dans les pays, tant  du Nord que du Sud.  Les experts présentent ensuite les problématiques associées aux quatre sous-thèmes qui ont une influence sur la réussite et formulent des recommandations. Ces sous-thèmes sont les aspects pédagogiques, l’environnement scolaire,  l’évaluation, et la gouvernance. Ils présentent finalement certaines mesures de prévention et de gestion adoptées par les pays membres et présentent les conditions essentielles de réussite d’un programme d’intervention.   

Les experts ont terminé leur présentation par des messages clés portant notamment sur :

  • La capacité et l’engagement des acteurs locaux
  • Le développement du capital social collectif
  • La définition d’objectifs réalistes et limitées et leur appropriation au niveau local
  • L’implication des communautés locales.

Au nom de l’assemblée, le président en exercice a tenu à féliciter les experts pour leur exposé faisant un état de la situation et des préoccupations, favorisant une meilleure compréhension du thème de la 57e session.

Le débat a permis le partage de facteurs explicatifs du décrochage et de l’échec scolaire, des  pratiques, des réformes et des expériences porteuses dans les pays et  la recherche de solution aux diverses préoccupations. La synthèse des discussions est annexée à ce rapport.

On suggère que le document de réflexion et d’orientation devrait être relié aux activités de la CONFEMEN. On souligne aussi l’importance d’assurer un suivi, de procéder à  une évaluation des recommandations et des cadres d’action adoptés par  la CONFEMEN.

Suite aux échanges, les experts ajoutent des remarques supplémentaires concernant les enfants non scolarisées, l’importance d’avoir des études scientifiques pour comprendre la corrélation des facteurs ; la différenciation entre les facteurs internes à l’Éducation sur lesquels on peut intervenir par rapport aux autres facteurs, l’importance de la contextualisation des caractéristiques des élèves dans les dispositifs de soutien scolaire, la place de l’orientation scolaire et professionnelle dans les systèmes scolaires, l’importance de prise en charge des enfants déplacés et des réfugiés ; les limites des programmes liés au redoublement ; la permanence des réformes par rapport au caractère provisoire des autorités politiques qui les initient ; le rôle essentiel de l’élève dans son cheminement et la valorisation de l’enseignant.

Le débat a permis le partage de pratiques des réformes et d’expériences dans les pays, la recherche de solution aux diverses préoccupations.

La synthèse des discussions est annexée à ce rapport.

J.      Huis clos des ministres et chefs de délégation à la 57e session ministérielle de la CONFEMEN

Les ministres et chefs de délégations se sont réunis ce 29 avril 2019 pour procéder à l’examen des points suivants :

- Messages clés et recommandations de la CONFEMEN contre l’échec et le décrochage scolaires

- Choix du thème de la 58e session ministérielle ;

- Accueil des prochaines réunions : Bureau, Ministérielle ;

- Constitution du Bureau de l’intersession ;

- Adoption du projet de Charte de la gouvernance des systèmes éducatifs de la CONFEMEN ;

- Échanges et discussions des recommandations sur l’IFEF.

Le Président a ouvert la séance de travail des ministres et chefs de délégations, et lu l’ordre du jour à travers ces différents points. Le secrétaire général de la CONFEMEN  a présenté les messages clés et recommandations de la CONFEMEN contre l’échec et le décrochage scolaire.

Lors des échanges,  des questions ont porté sur la mise en application des recommandations et leur coût et sur la possibilité d’en limiter le nombre pour s’assurer que les pays puissent effectivement les mettre en œuvre avec les moyens dont ils disposent. On s’est interrogé sur le moyen le plus efficace pour mesurer le niveau de mise en œuvre des recommandations. Il est rappelé que le document peut aussi être vu comme un cadre général, que les recommandations n’ont pas un caractère contraignant et que leur mise en œuvre est à adapter aux réalités et aux spécificités des pays. Il importe toutefois de faciliter leur appropriation. Il est noté, par ailleurs, qu’il convient d’interpeller l’ensemble des acteurs qui ont un rôle important à jouer dans la lutte à l’échec et au décrochage scolaire, en premier lieu les parents, et de privilégier les approches multi partenariales. Les ministres et chefs de délégation  réitèrent l’importance de valoriser davantage le rôle de l’enseignant, et suggèrent d’ajouter une recommandation visant à encourager les membres de la CONFEMEN à partager entre eux leur expérience et à échanger leurs pratiques gagnantes. Ils relèvent enfin l’importance de certains facteurs à prendre en compte pour contrer l’échec et le décrochage scolaire, par exemple les défis en matière de nutrition, une meilleure utilisation des technologies de l’information et des communications, l’amélioration des infrastructures et des programmes scolaire pour les rendre plus attrayants, la création de passerelle entre l’enseignement général et l’enseignement technique, et le temps d’apprentissage.

Enfin, plusieurs modifications sont apportées au texte. La proposition est faite de revoir le texte en se concentrant sur les messages clés. On recommande donc de l’adopter sous réserve de modifications à venir.

Le document est adopté par la Conférence ministérielle sous réserve de la prise en considération des amendements. Les messages clés et les recommandations sont annexés à ce rapport.

-        Choix du thème pour la 58e session ministérielle

Après examen et discussions sur les deux thèmes proposés par la réunion du Bureau, soit :

  • La promotion de l’enseignement préscolaire dans le système éducatif : un défi majeur pour la qualité;
  • Stratégies pour une éducation à la citoyenneté mondiale et au développement durable : comment former les élèves aux compétences pour le vivre ensemble au 21e siècle?

la Conférence ministérielle a choisi le thème 1 :

La promotion de l’enseignement préscolaire dans le système éducatif :

un défi majeur pour la qualité

Ce thème s’inscrit dans la suite logique des travaux de la présente session ministérielle et dans le contexte de la mise en œuvre du Cadre d’action Éducation 2030.

Accueil des prochaines réunions (Bureau de l’intersession et 58e session ministérielle

La Conférence ministérielle a reporté la décision concernant  le choix définitif du pays hôte du Bureau de l’intersession de 2017 et du pays hôte de la 58e session ministérielle en 2018.

Une lettre sera envoyée  par le président en exercice auprès des États et gouvernements membres pour confirmer les candidatures, dans le respect de la rotation des pays assurant la présidence.

Constitution du Bureau

Conformément aux dispositions statutaires (art. 20), la 57e session ministérielle a élu les membres du nouveau Bureau pour l’exercice 2017-2018. En voici la composition :

Président : Gabon

1er vice- président : (à déterminer)

2e vice- président : Côte d’Ivoire

Rapporteur général : Canada-Québec

Les membres permanents sont : Canada, Canada/Nouveau-Brunswick, Canada/Québec, Fédération Wallonie-Bruxelles, France, Suisse et Sénégal

Les membres élus sont :

Pour l’Afrique de l’Ouest : Bénin, Burkina Faso et Côte d’Ivoire ;

Pour l’Afrique centrale : Burundi, Cameroun et Gabon ;

Pour l’Afrique de l’Est et l’Océan indien : Maurice ;

Pour les autres aires géographiques : Liban, Maroc (AC) et Roumanie.

Adoption de la Charte de la gouvernance des systèmes éducatifs de la CONFEMEN

La Conférence ministérielle a examiné le projet de Charte  de la gouvernance et  a fait part de certains amendements.  Après discussions, les ministres et chefs de délégation ont demandé au Secrétaire général de poursuivre et de finaliser le document et de le soumettre aux correspondants nationaux, avant son adoption par le Bureau.

- Présentation et discussion des recommandations sur l’IFEF

Le secrétaire général de la CONFEMEN rappelle l’historique de la création de l’IFEF, et des échanges qui ont eu lieu à ce sujet entre l’OIF et la CONFEMEN. Suite aux échanges, les ministres et chefs de délégation de la CONFEMEN ont convenu que :

-  ils ne s’opposent pas à la mise en place l’IFEF;

- que la position du PASEC au sein de la Francophonie doit être guidée par un souci d’efficacité, et en conséquence le PASEC doit demeurer à la CONFEMEN pour le moment;

- que le président en exercice adresse à la secrétaire générale de la Francophonie une lettre pour proposer la création du Comité ad hoc afin de finaliser les amendements aux statuts de l’IFEF, en le campant dans son rôle technique, en retirant les missions redondantes et en identifiant les points de complémentarités entre l’IFEF et la CONFEMEN. Le Comité ad hoc devra faire rapport.

-préciser dans la Charte de la Francophonie le rôle des Conférences ministérielles et positionner les instances techniques en matière d’éducation.

Le président en exercice de la CONFEMEN écrira au président de la Conférence ministérielle de la Francophonie.

- Séance de travail avec l’Administrateur de l’OIF

L’Administrateur a indiqué que la mission de l’IFEF est claire et qu’il s’agit d’un outil technique. Il a affirmé que le PASEC devait demeurer dans la CONFEMEN. Il souhaite que la CONFEMEN collabore à la mise en œuvre de l’IFEF dans le respect des complémentarités au travers le Comité de pilotage qui doit être mis en place rapidement. Il souhaite une meilleure implication des ministères sectoriels dans la Francophonie. Il a terminé en disant qu’il n’était pas souhaitable d’arrêter le processus de mise en œuvre actuellement, mais qu’un processus de révision était prévu dans les statuts.

Il a été convenu que le président en exercice de la CONFEMEN écrive au président de la Conférence ministérielle de la Francophonie afin de lui faire part de la position de la CONFEMEN, avec copie à la secrétaire générale de la Francophonie, aux sherpas et aux ministres des Affaires étrangères. Il a aussi été convenu que chacun des ministres de la CONFEMEN ferait une démarche auprès de son homologue des Affaires étrangères à ce sujet.

K.    Interventions des partenaires

CONFEJES

Le secrétaire général de la Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports (CONFEJES) a appelé à la poursuite des partenariats entre son organisation et la CONFEMEN, particulièrement dans le projet déjà amorcé sur l’éducation physique et sportive à l’école. Il a également souligné d’autres pistes de collaboration et présenté les grandes orientations de son organisation. Il a souhaité une rencontre prochaine entre le président en exercice de la CONFEJES et la Secrétaire général de la Francophonie.

Agence française de développement (AFD)

La représentante de l’AFD a réitéré l’engagement de son organisation envers l’éducation, et son souhaite de travailler avec les différents acteurs de la Francophonie, dont la CONFEMEN. Elle s’est inquiétée du poids relatif qu’occupe de plus en plus la CONFEMEN dans le financement de son programme phare, le PASEC. L’AFD a appelé à porter avec clarté les objectifs et priorités de la CONFEMEN.

CIEP

Le représentant du CIEP a dressé un portrait du mandat et des missions de son organisation. Il a informé également l’Assemblée de certaines réalisations du CIEP, en particulier avec les pays membres de la CONFEMEN. Il s’est réjoui enfin de la poursuite de la collaboration avec la CONFEMEN au travers du PASEC et de la signature d’une entente avec celle-ci.

ADEA

Le représentant de l’ADEA a présenté la mission et la vision de son organisation. Il a expliqué la triennale et le thème retenu pour cette année par l’ADEA, et sa déclinaison en 4 sous-thèmes. Il a invité l’ensemble des États et gouvernements membres de la CONFEMEN à se joindre à la triennale et a expliqué les principales démarches à entreprendre pour y participer.

FAPE

Le représentant du FAPE a remercié les différents partenaires avec qui il a travaillé et a fait part des grandes réalisations de son organisation au cours des dernières années. Il a salué le thème adopté pour cette 57e session ministérielle « Vers la réussite pour tous : résoudre la crise de l’apprentissage dans les pays francophones en luttant efficacement contre l’échec et le décrochage scolaires, et a exprimé les préoccupations de son organisation à ce sujet.

CSFEF

Enfin, le représentant du CSFEF a également souligné toute l’importance du thème retenu pour cette session ministérielle, et a fait part de certaines recommandations pour contribuer à la lutte contre l’échec et le décrochage scolaires. Enfin, il a souligné avec force le rôle essentiel des enseignants dans la réussite de toute initiative à cet égard.

L.     Questions diverses

M.   Lecture et adoption du rapport de la 57e session ministérielle et du relevé de décisions

Le rapporteur de la conférence ministérielle, M. David Birnbaum, adjoint parlementaire et représentant du ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec, a présenté les points saillants du rapport de la 57e session ministérielle. Le secrétaire général de la CONFEMEN a procédé pour sa part à la lecture du relevé de décisions. La Conférence ministérielle a adopté le rapport et le relevé de décisions.

N.    Cérémonie de clôture

Les personnalités suivantes ont prononcé leur mot de clôture :

Monsieur Jacques Boureima KI, Secrétaire général de la CONFEMEN, a pris la parole pour remercier tous les ministres et chefs de délégation de même que tous les participants pour leur contribution à la réussite de cette 57e session ministérielle. Il a demandé au président en exercice de transmettre aux plus hautes autorités gabonaises ses plus sincères remerciements pour l’accueil si chaleureux et toutes les félicitations pour l’organisation réussie de cette session ministérielle.

Le ministre du Bénin a adressé une motion de remerciements  des Ministres et  chefs de délégations représentant les Etats et Gouvernements membres de la CONFEMEN à l’endroit des autorités gabonaises, d’abord au Président de la République, Chef de l’Etat, son Excellence monsieur Aly BONGO ONDIMBA, à Monsieur le Premier ministre, à l’ensemble de son gouvernement, avec une mention spéciale au ministre de l’Education Nationale et de l’enseignement technique, monsieur Florentin MOUSSAVOU, Président en exercice de la CONFEMEN et à son correspondant national, monsieur Luc NGABA de même qu’à toute l’équipe du comité d’organisation, pour l’accueil chaleureux et la bonne organisation de la session ministérielle.

Le Secrétaire général de la CONFEMEN a également adressé une motion de remerciements à l’endroit des correspondantes et correspondants nationaux, ainsi qu’à des membres du Secrétariat permanent de la CONFEMEN, admis à faire valoir leurs droits à la retraite, pour leur contribution dans la réalisation des missions de la CONFEMEN.  

Monsieur Florentin MOUSSAVOU, président en exercice de la CONFEMEN, ministre de l’Éducation nationale et de l’Enseignement technique du Gabon, a félicité tous les participants pour le succès de la 57e session ministérielle.  Il a souligné le travail remarquable de la présidente sortante. Il a remercié les ministres de l’Education des Etats et gouvernements membres de lui avoir confié la présidence et s’est engagé à participer pleinement à la notoriété de l’Institution. Il a remercié également l’Administrateur de l’OIF pour la cordialité des échanges. Il a terminé en exprimant sa reconnaissance au Secrétaire général et à toute son équipe, incluant les experts, les commissaires aux comptes et le comité scientifique du PASEC, pour le travail de qualité qu’ils ont produit et qui a facilité la réussite de cette conférence ministérielle.

                                                                 Fait à Libreville, le 29 avril 2016

                                                                            Le Rapporteur

                                                         Publié le 10 Mai 2016 DRPI-MEN/IPILEN

==================================================================================

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

La Rédaction | Réponse 10.05.2016 22.04

Rapport Général de la 57ème session de la CONFEMEN disponible dans votre site

Voir tous les commentaires

Commentaires

Aujourd'hui | 18:59

Excellente fête de l'indépendance à toutes et à tous

...
13.08 | 10:46

Dans quelle province?

...
13.08 | 10:45

Dans quelle province?

...
13.08 | 10:43

Centre ROGER BUTTIN c'est dans l'Ogooué Maritime, les résultats y sont. Merci

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE